Actualités scientifiques

Agroforêts de vanille : à installer sur des terres ouvertes plutôt que dans la forêt

22 juin 2020

Nouvel article disponible en pre-print : https://ecoevorxiv.org/63fc2/

Shade-tree rehabilitation in vanilla agroforests is yield neutral and may translate into landscape-scale canopy cover

D. Martin, A. Wurz, K. Osen, I. Grass, D. Hölscher, T. Rabemanantsoa, T. Tscharntke, H. Kreft

 

Traduction en français :

La réhabilitation des arbres d'ombrage dans les agroforêts de vanille est neutre en termes de rendement et peut se traduire par des gains de couverture de la canopée à l'échelle du paysage

Résumé :

L'agroforesterie peut contribuer à augmenter la couverture forestière dans les paysages tropicaux historiquement boisés, avec des bénéfices également en termes de biodiversité et de fonctionnement des écosystèmes. Mais ceci n'est vrai que si cette agroforesterie est installée dans des terres ouvertes et non dans la forêt.

Cependant, les compromis entre l'ombre et le rendement des cultures sont communs à de nombreuses cultures agroforestières, ce qui entraîne une destruction d'arbres d'ombrage dans les agroforêts dérivées de la forêt et entrave la réhabilitation des arbres dans les agroforêts dérivées des terres ouvertes. Pour déterminer si cette dynamique commune joue un rôle dans les agroforêts de vanille, nous avons étudié 209 agroforêts de vanille sur une chronoséquence de 88 ans à Madagascar et utilisé des données de couverture du couvert forestier obtenues par télédétection pour étudier la replantation des arbres dans le paysage agricole. Nous avons constaté que les rendements varient considérablement mais indépendamment de la couverture du couvert forestier et de l'historique de l'utilisation des terres (dérivés de la forêt ou de la terre ouverte), avec une moyenne de 154,6 kg par ha et par an (écart-type = 186,9).

Nous avons également constaté que les agroforêts de vanille dérivées des terres ouvertes ont gagné 32,6 % de couverture végétale en 60 ans, alors que les agroforêts dérivées des forêts n'ont gagné que 14,2 %. La couverture du couvert forestier a également augmenté à l'échelle du paysage : les zones du paysage agricole ayant un couvert initial moyen ont gagné 6,4 % de couvert de 2000 à 2010, mais les zones ayant un couvert initial élevé ont perdu leur couvert. Ces tendances opposées suggèrent une restauration des arbres dans les zones d'agroforêts de vanille, alors que les fragments de forêt restants dans le paysage agricole ont été transformés ou dégradés. Dans l'ensemble, les fonctions des écosystèmes qui dépendent des forêts pourraient donc être affectées, tandis que les fonctions fournies par les zones à couvert forestier moyen pourraient en bénéficier. Nos résultats suggèrent que la réhabilitation d'arbres par l'agroforesterie pourrait, si elle est associée à une protection efficace des forêts, fournir une situation gagnant-gagnant pour le fonctionnement des écosystèmes et la production agricole dans les paysages agricoles dominés par de petites exploitations.

vanille DOM