Actualités scientifiques

Pollinisateurs et agroforesterie : deux nouveaux articles

30 avril 2020

Revue de littérature sur les liens entre systèmes agroforestiers et insectes pollinisateurs, publiée dans la revue Forests. 

Temperate Agroforestry Systems and Insect Pollinators: A Review

Gary Bentrup, Jennifer Hopwood, Nancy lee Adamson, Mace Vaughan (USA)

Pour une traduction en français, contacter l'équipe du RMT AgroforesterieS. 

Lien vers l'article en anglais : https://www.mdpi.com/1999-<wbr></wbr>4907/10/11/981/htm

Systèmes Agroforestiers tempérés et Insectes pollinisateurs : une synthèse bibliographique

"L'agroforesterie peut fournir des services et des avantages écosystémiques tels que le contrôle de l'érosion des sols, la modification du microclimat pour l'amélioration des rendements, la diversification économique, la production et le bien-être du bétail et la protection de la qualité de l'eau. En augmentant la diversité structurelle et fonctionnelle des paysages agricoles, les pratiques agroforestiers peuvent également affecter les services écosystémiques fournis par les insectes pollinisateurs. Une revue de littérature a été réalisée pour synthétiser les informations sur la manière dont les systèmes agroforestiers tempérés influencent les insectes pollinisateurs et leurs services de pollinisation, en mettant l'accent sur le rôle des arbres et des arbustes. Notre examen indique que les pratiques agroforestières peuvent offrir trois avantages globaux aux pollinisateurs: (1) fournir un habitat, y compris des ressources d'alimentation et des sites de nidification ou de ponte, (2) améliorer la connectivité du site et du paysage, et (3) atténuer l'exposition aux pesticides. Dans certains cas, les pratiques agroforestières peuvent contribuer à des conséquences imprévues telles que devenir un puits pour les pollinisateurs, où elles peuvent avoir une exposition accrue aux résidus de pesticides qui peuvent s'accumuler dans les pratiques agroforestières. Bien que certaines preuves scientifiques suggèrent que les pratiques agroforestières peuvent améliorer la pollinisation et le rendement des cultures, davantage de recherches doivent être menées sur une variété de cultures pour vérifier ce service écosystémique. Grâce à une compréhension plus approfondie des effets des pratiques agroforestières sur les pollinisateurs et leurs services clés, nous pouvons mieux concevoir des systèmes agroforestiers pour fournir ces avantages en plus des autres services écosystémiques souhaités."

 

Un autre article scientifique vient également d'être publié :

Temperate Agroforestry Systems provide greater pollination service than monoculture

Alexa Varah, Hannah Jones, Jo Smith, Simon G. Potts (UK)

Lien vers l'article en anglais (réservé aux abonnés à la revue) : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0167880920302164

Les systèmes agroforestiers tempérés fournisse un service de pollinisation plus important qu'en culture pure

La pollinisation par les insectes est un service écosystémique d'importance mondiale, qui contribue au rendement des cultures, à la stabilité de la production et au maintien des populations de plantes sauvages. Ironiquement, l'agriculture est l'un des principaux moteurs mondiaux du déclin des insectes pollinisateurs sauvages. Dans le même temps, l'augmentation de la population humaine entraîne des demandes toujours plus importantes en matière de production agricole. L'agroforesterie (AF) - un système agricole plus diversifié intégrant des cultures ligneuses et agricoles - peut théoriquement concilier une production élevée avec la fourniture de services écosystémiques tels que la pollinisation. Cependant, les études empiriques sur la pollinisation dans les systèmes d'AF tempérés font presque entièrement défaut. Nous avons cherché à combler ce manque de connaissances en évaluant si l'agroforesterie peut fournir un service de pollinisation accru par rapport aux systèmes de cultrue pure (CP). Six sites britanniques, contenant chacun un système AF et un système de culture pure, ont été étudiés pendant trois ans. L'abondance et la diversité des pollinisateurs sauvages ont été utilisées comme indicateurs de l'ampleur et de la stabilité, respectivement, de la communauté pollinisatrice. Nous avons également mesuré directement le service de pollinisation sous forme de graines placées dans un phytomètre de plantes sauvages. Nous avons constaté que les systèmes AF tempérés peuvent fournir un service de pollinisation plus important que les cultures pures sans arbres : les traitements AF ont deux fois plus d'abeilles solitaires et de bourdons, et dans les systèmes arables 2,4 fois plus de bourdons, que les traitements de CP. L'agroforesterie a également eu 4,5 fois plus de semis que la culture pure au cours de l'une des deux années. Dans 40 % des unités d'échantillonnage site par année, la richesse en espèces des abeilles solitaires était en moyenne 10,5 fois plus élevée dans les traitements AF. Cela prouve que l'on peut s'attendre à ce que les systèmes d'agroforesterie puissent supporter une plus grande richesse de pollinisateurs, et donc une plus grande stabilité potentielle, du service de pollinisation. Pour les autres unités d'échantillonnage, et pour les bourdons (Bombus spp.), il n'y a pas eu d'effet de traitement sur la richesse des espèces. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour étudier l'effet de l'agroforesterie sur la richesse des espèces et sa base mécaniste. Nos résultats soulignent également l'importance de la conception des systèmes agroforestiers, en veillant à ce que les résultats des services écosystémiques soient explicitement planifiés dès le stade de la conception. Nous suggérons que l'agroforesterie a un rôle à jouer dans l'amélioration de la durabilité de l'agriculture moderne et dans l'atténuation de la perte continue d'insectes pollinisateurs sauvages, qui est fortement influencée par les pratiques agricoles dominantes."

 

publication