Actualités scientifiques

Fonctionnement souterrain des systèmes agroforestiers : que sait-on et vers où aller ?

10 juillet 2020

Un numéro spécial de la revue Plant and Soil fait le point sur ce qu'il se passe dans le sol en agroforesterie : "Agroforestry: a belowground perspective". Un numéro coordonné par des chercheurs du CIRAD et d'INRAE

Traduction de l'anglais au français d'extraits de l'édito signé de Rémi Cardinael du CIRAD et Mao Zhun, Claire Chenu et Philippe Hinsinger d'INRAE :

L'objectif de ce numéro spécial "Agroforesterie : une perspective souterraine", dans la revue scientifique Plant & Soil est de rassembler les récents résultats de la recherche sur les processus souterrains et les interactions entre arbres, sols et cultures dans les systèmes agroforestiers.

Les 13 articles de ce numéro couvrent des aspects très différents du fonctionnement souterrain, couvrant trois grandes thématiques :

1. Le cycle de l'eau dans les sols dans les systèmes agroforestiers

Dans le contexte du changement climatique qui rend les ressources mondiales en eau terrestre plus vulnérables, l'impact de l'agroforesterie sur les processus du cycle de l'eau a attiré une attention croissante. Par rapport à la monoculture intensive, les systèmes agroforestiers devraient mieux promouvoir les processus du cycle de l'eau (par exemple, l'infiltration et la rétention de l'eau, la réduction du ruissellement) et les services hydrologiques des écosystèmes en raison de leur plus grande complexité spatiale et de leur biodiversité. La concurrence pour l'eau entre les arbres et les cultures annuelles a souvent été démontrée, mais les systèmes agroforestiers ont également le potentiel d'améliorer l'acquisition de l'eau grâce à des distributions complémentaires des racines, les arbres ayant des systèmes racinaires plus profonds que les cultures annuelles, et de promouvoir en outre des mécanismes de partage de l'eau tels qu'une redistribution de l'eau dans le profil du sol par un processus appelé ascenseur hydraulique, ou par des réseaux mycorhiziens partagés. On ignore encore dans quelle mesure ces effets sont significatifs et peuvent être généralisés. Pour aborder ces points cruciaux, Bayala et Prieto (2020) présente dans ce numéro spécial une étude originale sur l'acquisition, le partage et la redistribution de l'eau par les racines dans les systèmes agroforestiers. Ils ont constaté que la concurrence racinaire entre les cultures et les arbres est un phénomène courant, et que les agriculteurs peuvent utiliser plusieurs techniques pour l'atténuer dans une certaine mesure, comme la réduction de la couronne de l'arbre, la taille des arbres et une sélection appropriée des arbres et des cultures. Ils soulignent que l'ascenseur hydraulique pourrait constituer un mécanisme très pertinent pour assurer la productivité des systèmes agroforestiers dans les régions où les précipitations sont irrégulières. Enfin, ils suggèrent plusieurs pistes de recherche, telles que la clarification du rôle des réseaux mycorhiziens dans l'ascenseur hydraulique, ou encore la quantification du volume d'eau transféré aux plantes voisines par l'ascenseur hydraulique. En plus de cet article de synthèse, Huo et al. (2020) ont réalisé une étude de cas dans un système agroforestier semi-aride du plateau de Loess, dans le nord de la Chine, afin de caractériser les stratégies d'absorption de l'eau et de redistribution hydraulique entre les arbres et les cultures, en utilisant une approche in situ basée sur les isotopes stables (d'hydrogène et d'oxygène). La dynamique inter et intra-annuelle de la teneur en eau du sol a été suivie dans deux systèmes : un système agroforestier avec des jujubiers intercalés avec du colza ou des hémérocalles, et une plantation de jujubiers purs comme parcelle témoin. Cette étude a montré le comportement hautement plastique du système agroforestier dans la stratégie d'absorption de l'eau en fonction de la profondeur du sol et de la saison au stade précoce du changement d'utilisation des terres, de la plantation à l'agroforesterie. Dans les couches du sol où les racines des cultures étaient largement présentes (0-1,2 m de profondeur), les jujubiers du système agroforestier ont pu obtenir plus d'eau peu profonde (0-20 cm ou 20-60 cm) pendant les périodes humides, mais plus d'eau profonde (60-120 cm) pendant les périodes sèches. Il convient de noter que cette étude comprend des données précieuses sur l'eau provenant de couches de sol très profondes (jusqu'à 4 m). Les auteurs ont démontré que, pendant la saison la plus sèche, les arbres des systèmes agroforestiers pouvaient absorber l'eau des sols très profonds (jusqu'à 4 m). Selon les auteurs, si cela est bon pour le maintien du métabolisme des arbres, cela peut également induire une forte dessiccation des couches de sol très profondes, car le niveau de la nappe phréatique était trop profond (> 50 m) pour compenser un tel stress hydrique. Toutefois, cet effet négatif pourrait être partiellement compensé par une infiltration accrue de l'eau dans le sol.

En ce qui concerne le mouvement de l'eau à la surface du sol et dans les couches peu profondes du sol, on a constaté que les couverts arboricoles stratifiés au-dessus des cultures dans les systèmes agroforestiers réduisent efficacement la perte d'eau par ruissellement et la perte de sol due à l'érosion. Les déchets des arbres peuvent accroître la rugosité de la surface du sol et la stabilité des agrégats du sol, tandis que les racines des arbres peuvent augmenter la porosité du sol, ce qui entraîne une augmentation de l'infiltration de l'eau et limite finalement l'érosion hydrique. On ignore encore dans quelle mesure ces effets peuvent être généralisés à l'échelle mondiale et dans les différents types de systèmes agroforestiers. Pour combler une telle lacune, Zhu et al. (2020) ont réalisé une étude systématique pour évaluer quantitativement l'impact des systèmes agroforestiers sur la lutte contre l'érosion et les problèmes environnementaux associés, tels que les pertes de nutriments du sol et la dispersion des polluants, pour quatre types de systèmes agroforestiers dans les régions tempérées et tropicales. Bien que cette revue ait confirmé avec succès l'effet positif général des systèmes agroforestiers, elle a également montré de grandes différences de performance des systèmes agroforestiers parmi les différentes études de cas. Cela suggère la nécessité d'optimiser la gestion des sols et de la végétation en fonction du contexte des systèmes agroforestiers. Zhu et al. (2020) se sont principalement concentrés sur les processus hydriques à la surface des sols, ou sous la surface, mais ont également mis en évidence un manque de recherche sur le rôle de l'interaction sol-racine-biote souterrain dans la régulation des processus hydriques en agroforesterie.

2. Boucler la boucle : le cycle des nutriments du sol dans les systèmes agroforestiers

La recherche sur le cycle des nutriments dans les systèmes agroforestiers est prolifique depuis des décennies. Les questions suivantes ont été largement abordées : la contribution des arbres agroforestiers aux besoins en nutriments des plantes cultivées en intercalaire et le moment du transfert des nutriments depuis la décomposition des résidus d'élagage jusqu'aux cultures intercalaires, la compétition pour l'azote, l'utilisation d'arbres fixateurs d'azote et leur effet sur la production végétale, le soulèvement des nutriments du sous-sol profond par les arbres et le rôle des racines des arbres comme filet de sécurité pour réduire le lessivage des nutriments. Il a été démontré que l'approche basée sur les caractéristiques fonctionnelles est efficace pour expliquer les stratégies des plantes en matière d'utilisation des nutriments. Bien qu'une telle approche soit largement utilisée en écologie végétale, elle est encore peu explorée dans le contexte des systèmes agroforestiers où les arbres et les cultures peuvent présenter des interactions de facilitation ou de concurrence intra et interspécifiques. L'étude Marschner d'Isaac et Borden (2020) présentée dans ce numéro est donc très opportune. Les auteurs ont examiné les processus qui sous-tendent l'acquisition des éléments nutritifs dans les systèmes agroforestiers, notamment la distribution et la plasticité des racines, la fixation biologique de l'azote et le soulèvement profond des éléments nutritifs du sol. Ils ont également souligné que la compréhension de ces mécanismes nécessite la prise en compte des multiples échelles auxquelles les arbres et les cultures interagissent les uns avec les autres et acquièrent les éléments nutritifs du sol. Ils ont en outre expliqué que le chevauchement interspécifique des racines est souvent associé à la compétition entre les nutriments, mais plusieurs études ont également mis en évidence la facilitation de l'acquisition des nutriments par des processus améliorés, médités chimiquement et microbiologiquement. Enfin, ils ont suggéré que l'approche basée sur les caractéristiques fonctionnelles des racines est prometteuse dans sa capacité à saisir la nature multi-échelle des processus d'acquisition des nutriments dans les systèmes agroforestiers. En plus de cet article de synthèse, Borden et al. (2020) se sont concentrés sur un système agroforestier de cacao au Ghana comprenant deux espèces d'arbres d'ombrage (Terminalia ivorensis, Entandrophragma angolense). Ils ont cartographié la distribution des racines, les caractéristiques fonctionnelles des racines et les nutriments du sol jusqu'à une profondeur de 60 cm. Ils ont découvert que les espèces d'arbres d'ombrage induisaient une plasticité racinaire chez le cacao. Les caractéristiques morphologiques des racines de cacao ont en effet évolué vers une stratégie d'acquisition de nutriments, présentant une longueur spécifique de racine plus élevée et une densité de tissu racinaire fin plus faible, lorsqu'elles se trouvent à proximité d'un arbre d'ombrage. Ils ont également montré que la plasticité des traits racinaires dépendait des nutriments du sol (Ca2+, NH4+, NO3-).

Grâce à leur relation symbiotique avec les racines, le rôle crucial des champignons mycorhiziens dans l'acquisition des nutriments est généralement reconnu. Cependant, l'effet des arbres sur l'abondance, la diversité et l'activité des communautés mycorhiziennes est encore mal connu. La culture mixte d'arbres et de plantes dans les systèmes agroforestiers offre une opportunité précieuse d'étudier cette question. Battie-Laclau et al. (2020) ont étudié le rôle respectif des arbres et de la végétation herbacée sous les arbres dans le maintien des communautés mycorhiziennes arbustives dans les systèmes agroforestiers de cultures en allées tempérées. Ils ont montré que les racines des arbres s'étendaient sur plusieurs mètres dans la couche arable de l'allée cultivée, remettant en question l'idée commune d'une stratification et d'une séparation en niche des racines des arbres et des cultures. Ces systèmes racinaires entremêlés sont une caractéristique importante pour les interactions potentielles entre plantes dans les systèmes agroforestiers, par exemple les processus de facilitation par le partage de communautés et de réseaux mycorhiziens communs. De manière surprenante, ils ont montré que la végétation herbacée sous les arbres était plus apte à maintenir un réseau mycorhizien arbusculaire actif que les racines d'arbres associées. Ils ont donc suggéré qu'une sélection appropriée des espèces végétales semées sous les arbres pourrait bénéficier au développement des cultures dans les allées cultivées.

Les études sur l'apport de nutriments dans les systèmes agroforestiers ont principalement porté sur la décomposition de la litière des arbres et la libération de nutriments à partir des résidus d'élagage, en termes de quantités et d'efficacité d'utilisation ainsi que sur la fixation biologique de N2. Cependant, les études sur l'efficacité de l'utilisation des éléments nutritifs de la fertilisation minérale dans les systèmes agroforestiers restent rares. Un article de ce numéro spécial de Sida et al. s'appuie sur un essai original pour démêler les interactions arbres-cultures-fertilisants dans plusieurs systèmes agroforestiers en Éthiopie et au Rwanda. Ils ont constaté que dans les parcs où poussait l'espèce d'arbre fixatrice d'azote Faidherbia albida l'ajout d'azote seulement n'avait pas d'effet sur le rendement du blé sous le couvert par rapport à l'ajout d'azote dans les parcelles de plein champ, tandis que l'application de phosphore ne faisait que doubler le rendement des grains de blé. En outre, l'efficacité de l'utilisation du phosphore a été doublée sous le couvert de Faidherbia albida. Le phosphore était donc plus limitant que l'azote pour la production de blé sous la canopée de Faidherbia albida, et la fertilisation azotée pouvait être économisée sous la canopée des arbres. La phénologie de Faidherbia albida est unique car elle perd ses feuilles pendant la saison des pluies, et le bétail paît généralement sous sa canopée pendant la saison sèche, apportant potentiellement un peu d'azote, mais aussi du phosphore et du potassium par leurs déjections. À l'inverse, le rendement et l'efficacité de l'utilisation des nutriments ont été réduits pour le maïs cultivé sous une autre espèce d'arbre fixateur d'azote, Acacia tortilis et Grevillea robusta. Les processus de facilitation et de concurrence sont donc spécifiques à chaque site et les recommandations en matière d'engrais doivent tenir compte des conditions locales (type de sol et niveau de fertilité) et du type de systèmes agroforestiers (espèces d'arbres et de cultures).

3. Le cycle du carbone organique du sol dans les systèmes agroforestiers

Les premières recherches sur les systèmes agroforestiers ont porté sur l'effet sur la matière organique et la fertilité du sol. Plus récemment, la recherche sur la fertilité des sols dans les systèmes agroforestiers a été étendue aux concepts de santé et de qualité des sols. Au cours des deux dernières décennies, la question brûlante du réchauffement climatique a suscité une nouvelle recherche sur les systèmes agroforestiers, avec une augmentation considérable du nombre d'articles traitant de l'atténuation du changement climatique par la séquestration du carbone dans les sols. Malgré l'importante diversité des systèmes agroforestiers, des études et méta-analyses récentes suggèrent que la conversion des terres arables en systèmes agroforestiers entraîne une augmentation des stocks de carbone organique du sol (COS), et ces systèmes sont désormais mieux pris en compte dans l'affinement de 2019 des lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre, ce qui constitue une étape essentielle mais insuffisante pour accéder au financement et à d'autres aides. Le stockage du COS à l'échelle de la parcelle est contrôlé par un équilibre entre les apports et les pertes de carbone organique. Dans les systèmes agroforestiers, on observe souvent des apports de carbone organique plus élevés dans le sol que sur les terres cultivées sans arbres, en raison de la chute de litière des arbres et des résidus d'élagage, mais aussi des apports de racines des arbres. L'augmentation des apports organiques sous les arbres est également due aux apports par les chutes de la canopée, aux nutriments et aux particules du sol transportées par le vent et capturées par la canopée, à l'accumulation de sol transporté par le vent autour des troncs, ainsi qu'aux apports fécaux provenant des oiseaux perchés ou des animaux de pâturage. Une production accrue de biomasse à l'échelle de la parcelle et des apports organiques pourraient expliquer la séquestration accrue du COS dans les systèmes agroforestiers. En outre, d'autres processus liés au sol et au biote du sol favorisés par les systèmes agroforestiers peuvent favoriser une plus grande séquestration du COS, tels qu'une stabilité accrue des agrégats favorisant la stabilité du COS et la réduction de l'érosion due à une infiltration d'eau accrue et à un ruissellement réduit.

Plusieurs auteurs ont constaté une augmentation de l'abondance, de la biomasse et de la diversité des vers de terre dans les systèmes agroforestiers. La faune du sol est largement impliquée dans la décomposition de la litière et du COS et son effet sur la stabilisation du COS est encore débattu. Les pratiques agricoles ont un impact important sur le biote du sol, mais on en sait très peu sur les systèmes agroforestiers. Pour combler ce manque de connaissances, l'article de Marsden et al. (2020) dans ce numéro présente une étude systématique sur l'effet des systèmes agroforestiers sur la macro, la méso et la microfaune du sol et leurs fonctions. Ils ont constaté que la plupart des études ont jusqu'à présent porté sur la communauté de macrofaune du sol (abondance, diversité et biomasse) en agroforesterie par rapport à une parcelle de référence. Ils ont montré que les effets sur l'abondance et la diversité de la faune sont principalement positifs lorsque l'agroforesterie est comparée aux terres cultivées, et neutres ou négatifs lorsqu'elle est comparée aux forêts. Cependant, les fonctions de la faune du sol dans les systèmes agroforestiers n'ont été étudiées que dans 17 des 67 articles retrouvés. Il est intéressant de noter que la principale fonction du sol abordée était le maintien de la structure du sol, alors que très peu d'études ont examiné le rôle de la faune du sol sur le cycle du carbone et des nutriments dans les systèmes agroforestiers.

Plusieurs années, souvent une décennie, sont nécessaires pour détecter un changement dans les stocks de COS. Toutefois, les premiers changements dans la dynamique du COS peuvent être suivis à l'aide d'indicateurs précoces tels que certaines fractions du sol ou les activités enzymatiques du sol. Rigal et al. (2020) et Clivot et al. (2020), dans ce numéro spécial, ont tous deux étudié ces changements précoces, quatre ans après la plantation d'arbres dans des contextes très différents. Dans Rigal et al. (2020) ont étudié l'effet de trois espèces d'arbres d'ombrage (Cinnamomum camphora, Bishofia javanica, Jacaranda mimosifolia) sur la qualité du sol dans un système agroforestier de caféiers (Coffea arabica). Plus précisément, ils ont caractérisé les activités enzymatiques du sol, les communautés microbiennes du sol, y compris les champignons mycorhiziens à arbuscules (AMF) et les champignons non AMF, les communautés de nématodes, ainsi que les propriétés chimiques du sol. Ils ont observé une augmentation significative de l'abondance des communautés bactériennes et fongiques dans les zones ombragées par rapport aux zones ouvertes, en particulier pendant la saison sèche, et une accumulation significative de la matière organique du sol sous le café ombragé. Comme les rendements de caféiers d'ombrage se maintenaient, sauf sous C. camphora, ils ont conclu que des arbres d'ombrage soigneusement sélectionnés pouvaient rapidement contribuer à restaurer la qualité du sol, tout en maintenant des rendements élevés de caféiers. En France, Clivot et al. (2020) ont étudié l'effet de deux systèmes agroforestiers de culture en couloir, peuplier (Populus deltoides × P. nigra) / luzerne (Medicago sativa) et aulne (Alnus glutinosa) / ray-grass (Lolium perenne) sur plusieurs propriétés du sol et sur l'activité microbienne et enzymatique, par rapport à des parcelles témoins sans arbres. Aucune différence significative dans les teneurs en COS ni dans les fractions labiles de matière organique du sol n'a été constatée dans la couche arable (0-15 cm). L'activité enzymatique microbienne a beaucoup varié d'une année à l'autre, mais aucune tendance générale n'a été constatée. Cependant, la spectroscopie dans le proche infrarouge et l'infrarouge moyen a montré une différenciation de la qualité de la matière organique du sol entre le système agroforestier peuplier-alfa et les parcelles sans luzerne. En revanche, Guillot et al. (2019) ont rapporté dans un système agroforestier plus ancien de culture en allée avec des noyers hybrides qu'il y avait une biomasse et une activité microbienne accrues dans l'allée, au-delà de la rangée d'arbres.

Les agriculteurs mettent en œuvre divers systèmes agroforestiers pour restaurer la fertilité des sols, comme la plantation d'arbres d'ombrage fixant l'azote, ou la culture itinérante. Wartenberg et al. (2020) et Terefe et Kim (2020), dans ce numéro, ont étudié les changements de la fertilité des sols et du contenu et des stocks de COS dans ces deux systèmes, respectivement. Plus spécifiquement, Wartenberg et al. (2020) ont étudié les interactions entre 11 arbres d'ombre couramment cultivés en intercalaire et les cacaoyers des agroforêts de cacao (Theobroma cacao) à Sulawesi, et leur impact sur la productivité du cacao et sur certaines propriétés du sol, comme la stabilité des agrégats. Le diamètre moyen des agrégats stables est un indicateur clé du devenir des macro- et micro-agrégats dans les sols, tous deux impliqués dans la stabilisation du COS. Si de nombreuses études ont porté sur le travail du sol, on en sait encore peu sur l'effet des systèmes agroforestiers sur les agrégats du sol. Les auteurs ont constaté que le SOC, l'azote du sol et le diamètre du poids moyen des agrégats étaient plus élevés sous les couverts d'arbres ombragés que dans les zones ouvertes. La croissance des cacaoyers a été réduite, mais sans effets néfastes sur les rendements de cacao. De manière intéressante et similaire à Rigal et al. (2020), les auteurs ont suggéré que les arbres d'ombrage n'induisent pas toujours un compromis direct entre le rendement et la fertilité du sol. En Éthiopie, Terefe et Kim (2020) ont étudié des systèmes de culture itinérante, un exemple d'agroforesterie séquentielle, avec des durées de jachère différentes par rapport aux champs de monoculture adjacents et à une forêt naturelle. Les auteurs ont constaté que la culture itinérante à long terme n'avait pas d'incidence sur le pH du sol, le carbone organique du sol (COS) et les stocks totaux d'azote du sol, par rapport à la forêt. Cependant, la conversion de l'agriculture itinérante à la monoculture conventionnelle a entraîné une perte énorme des stocks de COS (environ - 50 % sur 10 ans). La culture itinérante est donc une pratique pertinente pour maintenir des stocks de COS élevés.

 

Quels défis à venir pour la recherche sur le fonctionnement souterrain de l'agroforesterie ?

Afin de mieux comprendre le fonctionnement souterrain des systèmes agroforestiers, un effort considérable a été fait ces dernières années pour explorer les divers et nombreux processus dans divers types de systèmes agroforestiers. Ce numéro spécial illustre parfaitement cet effort, en rassemblant des études traitant de différents sujets et approches liés à un large éventail de disciplines telles que l'écologie et la biologie des sols, l'hydrologie, la biochimie, l'écophysiologie, l'écologie et l'agronomie. Toutefois, une compréhension globale du fonctionnement souterrain de ces systèmes fait encore défaut, car de nombreuses et complexes interactions et compromis spécifiques aux sites sont en jeu.

Selon les éditeurs de ce numéro, les travaux futurs sur le fonctionnement souterrain des systèmes agroforestiers devront s'attacher à :

  • Documenter la dynamique temporelle. Plus précisément, les études futures devraient étudier les processus sur le long terme et mieux documenter les effets temporels (effets saisonniers, d'une année sur l'autre, à court et à long terme). Par exemple, les changements significatifs dans les stocks de carbone organique total ne peuvent être observés qu'à long terme, tandis que les effets transitoires à court terme pourraient être trompeurs. Le maintien des essais à long terme est essentiel à cet égard.
  • Étudier la dynamique spatiale. Les études futures devraient mieux documenter les hétérogénéités spatiales latérales générées dans ces systèmes, en fonction des types de systèmes agroforestiers et de la disposition spatiale des arbres, et de la manière dont ceux-ci affectent les fonctions du sol et les services écosystémiques connexes. Au-delà du rôle des arbres, celui du couvert herbacé sous les arbres doit également être mieux pris en compte, lorsqu'il est présent, ou la contribution des animaux de pâturage, le cas échéant, car ils sont susceptibles d'être des sources supplémentaires d'hétérogénéité.
  • Creuser davantage. Plusieurs articles de ce numéro spécial ont innové en se concentrant également sur les couches profondes du sol. L'enracinement profond des arbres dans les systèmes agroforestiers est susceptible d'avoir un impact sur l'ensemble du profil du sol et une meilleure compréhension des processus du sol en profondeur est essentielle pour le cycle de l'eau et des nutriments, ainsi que pour le piégeage du carbone, comme le résument également les études récentes sur le rôle des racines profondes.
  • Être intégratif. Développer une approche intégrative, en reliant les processus de surface et souterrains, et en couplant également le cycle de différents éléments, tels que l'eau, les nutriments et le carbone. La modélisation des systèmes agroforestiers devrait être particulièrement développée dans ce but. Par exemple, le forçage radiatif complet des systèmes agroforestiers devrait être quantifié, y compris un bilan des gaz à effet de serre et, si possible, les changements des effets biophysiques tels que l'albédo. Seule la quantification du bilan carbone des systèmes agroforestiers pourrait conduire à une compréhension biaisée de leur rôle dans l'atténuation du changement climatique. Seules quelques études ont porté sur les émissions d'oxyde nitreux (N2O) en agroforesterie et sur le rôle des arbres fixateurs d'azote dans ces émissions. Au-delà de la contribution potentielle des systèmes agroforestiers à l'atténuation du changement climatique, la manière dont ces systèmes s'adaptent au changement climatique par rapport aux systèmes de culture conventionnels mérite d'être examinée plus avant.
  • Embrasser la diversité. À l'échelle mondiale, les systèmes agroforestiers sont très divers, et certains sont mal étudiés. Il faudrait par exemple recueillir davantage de données sur les systèmes agroforestiers tempérés, car les travaux sur les systèmes agroforestiers tropicaux sont actuellement surreprésentés. Seules deux études de ce numéro spécial ont présenté de nouvelles données sur les systèmes agroforestiers tempérés malgré le développement croissant de ces systèmes dans les régions tempérées du monde.
  • Souligner la multifonctionnalité. Les caractéristiques multifonctionnelles des systèmes agroforestiers devraient être mieux prises en compte dans les pratiques de gestion. Cela exige des études futures pour comprendre et caractériser un ensemble plus vaste et plus transdisciplinaire de services écosystémiques dans l'évaluation des systèmes agroforestiers, non seulement les indicateurs biophysiques des fonctions et des services des écosystèmes du sol, mais aussi, lorsque cela est possible, les indicateurs sociaux et économiques. Simultanément, les études futures devraient analyser les synergies et les compromis entre les fonctions et les services écosystémiques attendus. Deux articles de ce numéro dont état d'une absence de compromis entre le rendement et la fertilité des sols, mais cela pourrait ne pas être le cas partout. Les synergies et les compromis entre les services écosystémiques pourraient alors être optimisés pour obtenir des systèmes agroforestiers multifonctionnels.

 

Cardinael, R., Mao, Z., Chenu, C. et al. Belowground functioning of agroforestry systems: recent advances and perspectives. Plant Soil (2020). https://doi.org/10.1007/s11104-020-04633-x

sol