Un point sur le projet TERRAF

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Coordonné par l’unité ASTER (INRAE) et la Chambre régionale d’agriculture Grand-Est, le projet TERRAF a démarré il y a un an. Petite présentation du projet.

Bien que la région Lorraine soit une terre traditionnelle d’agroforesterie, les linéaires de haies et les surfaces de vergers y ont régressé au cours des dernières décennies. Des initiatives d’agroforesterie et de plantations d’arbres en milieu rural voient le jour mais restent souvent isolées. Le projet TERRAF vise à développer, en l’expérimentant sur deux territoire ruraux du sud lorrain, une méthode permettant aux acteurs de concevoir un projet de territoire concerté permettant la réhabilitation des arbres et haies champêtres.

Cette conception collective, implique des agriculteurs, élus, chargés de mission en collectivité territoriale, représentants de l’administration, enseignants, chasseurs, pêcheurs, acteurs du monde associatif, professionnels de la filière bois, de l’alimentation, pépiniéristes, autres acteurs économiques, habitants, etc.

Expérimentée sur deux territoires projet, cette méthodologie est conçue pour être transposable à d’autres territoires, comme support de réflexion collective.

Le projet s’articule autour de deux actions :

  • Action 1 : Mettre au point, en l’expérimentant, une méthodologie de co-conception de territoires agroforestiers, par différents acteurs. Cette première action se déroule en cinq étapes successives, destinées à créer les conditions du dialogue entre acteurs et de leur engagement dans le processus de co-conception : du recueil des représentations qu’ont les acteurs des arbres champêtres à la phase d’élaboration de projet concerté, en passant par des phases d’information, et des ateliers participatifs de partage et de confrontation de points de vue.
  • Action 2 : Accompagner les agriculteurs vers l’agroforesterie, en établissant des plans au sein de leur exploitation et en renforçant la filière agroforestière sur le territoire.

Environ trois agriculteurs par territoire projet ont volontairement rejoint le groupe d’acteurs. Ils sont partie prenante de l’action 1 et participent au processus de conception du projet de territoire. Dans le cadre de l’action 2, nous les informons sur la pratique de l’agroforesterie et les accompagnons dans l’élaboration des projets agroforestiers sur leur propre exploitation, en adéquation avec la dynamique collective.     

En 2021, une quarantaine d’entretiens individuels ont été menés afin de recueillir les représentations des acteurs au moyen d’un dispositif original constitué de cartes à jouer illustrant différents aspects de la présence d’arbres champêtres dans un territoire. Ce dispositif a pour objectif de stimuler l’expression des personnes enquêtées, sans influencer leur discours. Durant les mois de septembre/octobre, trois sessions d’information et de partage ont eu lieu autour de différentes thématiques relatives à l’arbre champêtre.

De plus, pour donner à voir l’agroforesterie, nous avons recensé les parcelles agroforestières présentes en Lorraine et les avons caractérisées selon le type de formation arborée et la production agricole à laquelle elle est associée. Cet observatoire de l’agroforesterie, mis à jour annuellement, sera mis en ligne prochainement sous la forme d’une carte interactive. Consultable par tous, il permettra de cerner la dynamique de l’adoption de cette pratique. Il est destiné à être élargi au Grand Est.  

Début 2022, un atelier de discussion de type World Café aura lieu pour confronter les points de vue entre les acteurs des territoires. Cela permettra de préparer le jeu de territoire prévu en septembre afin de concevoir différents scénarios de territoire avec les acteurs dans lesquels les arbres champêtres seront réhabilités.

Enfin, l’ensemble du processus et les outils nécessaires à sa mise en œuvre dans d’autres territoires seront décrits et mis à disposition de toutes et tous.

Contacts :

Amanda SZKLAREK (amanda.szklarek@inrae.fr), Catherine Jondreville (catherine.jondreville@inrae.fr), Thomas Lacroix (thomas.lacroix@vosges.chambagri.fr)